Créer un peu de bonheur chaque jour


Bonheur

“Suivez votre bonheur et laissez la magie de la vie se produire.” ~ Janelle Jalbert

Y-a-t-il quelque chose que vous avez toujours voulu faire quand vous étiez enfant et que vous n’avez pas réalisé pour quelque raison ? Y-a-t-il quelque chose que vous souhaitez faire depuis des années ? Peut-être que c’est quelque chose qui ne vous a pas semblé commode. Peut-être avez-vous eu le sentiment que vous ne seriez pas très bon ou que vous n’aviez ni le temps, ni l’argent.

Vous pouvez ignorer ce besoin pressant, le refouler et choisir de ne pas y donner suite. Mais cela reviendra encore et encore, et parfois dans les endroits les plus étranges. Pour moi, c’était dans le rayon des jouets d’un grand magasin.

Voici comment ça s’est passé :

Mon mari et moi sommes entrés dans un grand magasin populaire à la recherche des rayons de jouets et de jeux. Nous voulions un jeu de société auquel nous puissions jouer avec nos petits-enfants. Je suppose qu’il y avait une sorte de musique douce d’ascenseur, mais je ne l’avais pas remarquée jusqu’à ce qu’elle devienne une musique dansante et entrainante.

Le tempo a attiré mon attention et mes pieds, apparemment de leur propre chef, ont commencé à bouger au rythme de la musique. Une minute plus tard, ils ont commencé à faire des claquettes.

Enfant, je voulais apprendre à faire des claquettes, mais pour une raison quelconque, je n’ai jamais exprimé ce désir. Peut-être avais-je peur de paraître grande et lourde avec un costume de danse ou de me sentir mal à l’aise. Quelle que soit la raison, je ne l’ai jamais dit à ma mère, je n’ai jamais pris de cours.

Le désir d’apprendre les claquettes est resté en moi, la plupart du temps étouffé par l’école, les amis et la famille. À l’adolescence, j’ai appris un pas de claquette avec un ami : Shuffle Off to Buffalo, et j’ai adoré le pratiquer et danser juste pour le plaisir.

Je ne suis pas allée plus loin. Il y avait toujours trop à faire et puis, que ferais-je même si j’apprenais à faire des claquettes ?

Cinquante ans plus tard, j’étais dans le rayon des jouets, tapotant et remuant les pieds. Mon mari, homme tolérant, m’a juste souri. Mais mes pieds m’ont surpris ce jour-là.

J’adorerais être le genre de personne capable de se mettre à chanter et à danser sans s’inquiéter de ce que les autres pensent de moi. Je ne le suis pas. Pour moi, danser dans les allées d’un grand magasin est inhabituel.

Ajoutez à cela le fait que je suis une grand-mère de soixante-quatre ans avec un genou et une cheville arthritiques. J’ai quand même dansé et me suis moqué de moi.

De retour à la maison, je suis allée à la cuisine pour préparer le dîner. Mon mari était assis au comptoir en train de lire un magazine. Il m’a dit quelque chose et j’ai regardé par-dessus son épaule les mots en caractères gras : «Lancez-vous – Dansez» étaient le titre de la page ouverte dans ses mains.

Bon, j’ai alors pensé que, peut-être, mes pieds et l’univers me disaient quelque chose.

«Le bonheur est de faire ce qui vous épanouit. Une activité qui vous touche profondément et pleinement. Le bonheur est exigeant. Le bonheur est… de suivre vos rêves, vos désirs ou votre cœur. ” ~ Angie Karan

Le lendemain, j’ai cherché une vidéo de claquettes sur mon ordinateur. J’ai été ravie de découvrir un certain nombre d’entre elles spécialement conçues pour les débutants.

J’en ai choisi une, installé l’ordinateur à un endroit où je pouvais le voir sur la table de la salle à manger et appris les premiers pas de base des claquettes, pratiquant sur le sol de la salle à manger avec mes sandales.

Mon enfant intérieur était en extase. J’ai souri et ri, tapé des pieds et pratiqué les claquettes.

Mon mari est entré, sans doute en se demandant l’origine de ce chahut. Je lui dis alors en exultant : « J’apprends à faire des claquettes ! » Il sourit, secoua la tête et quitta la pièce. J’ai continué à le faire.

Ce transport que j’ai ressenti durant ces quelques minutes d’apprentissage de claquettes est resté avec moi toute la journée. Je souriais chaque fois que j’y pensais.

Notre bonheur peut venir par petites touches. Cela peut ressembler à une envie subtile qui vous habite depuis votre enfance.

Ce n’est peut-être pas le but de votre vie et cela ne va peut-être pas la transformer. C’est peut-être simplement quelque chose qui vous permet d’exprimer le bonheur de l’enfant qui est en vous. Quelque chose que beaucoup d’adultes ont oublié.

Je n’ai aucune idée de ce que l’apprentissage des claquettes va m’apporter, ni où cela me mènera. Je sais qu’il est temps que je laisse s’exprimer ce désir qui est en moi depuis des années.

Ces envies persistent en nous pour une raison. C’est notre âme qui nous parle à travers le langage de nos désirs.

Pourquoi mon âme veut-elle que je fasse des claquettes ? Je ne sais pas. Par contre, je sais que c’est amusant et que c’est un bon exercice, et c’est assez pour le moment.

Que vous dit votre âme ? Découvrons-le avec un exercice simple.

Prenez une feuille de papier, un stylo et accordez-vous quelques minutes de calme.

En haut de la feuille, écrivez : «Quand j’étais enfant, j’adorais…»

Complétez la phrase avec une liste des choses que vous aimiez faire quand vous étiez enfant.

Maintenant, écrivez : «Quand j’étais enfant, j’ai toujours voulu…»

Complétez la phrase avec les choses que vous vouliez faire quand vous étiez enfant mais que vous ne pouviez pas accomplir ou que vous n’avez pas réalisées.

Combien de ces activités font partie de votre vie aujourd’hui ?

Si ce que vous préfériez faire en tant qu’enfant était de créer des modèles de fusées avec des morceaux de plastique, comment exprimez-vous votre amour pour des constructions inventives dans votre vie aujourd’hui ?

Si vous aviez toujours voulu faire de l’équitation dans votre enfance, mais que vous n’y étiez allé qu’une seule fois, et que cet amour des chevaux est toujours en vous. Pourriez-vous vous inscrire à des leçons d’équitation aujourd’hui ?

Peut-être que vous vous dites que vous n’avez pas le temps ni l’argent pour des activités uniquement de loisirs. Peut-être que vous vous dites que vous le ferez plus tard. Mais si vous ne le faites pas maintenant, qui donc le fera ?

La vie file entre nos mains pendant que nous sommes occupés à faire et à faire encore. Permettez-vous de profiter pleinement du voyage ? Écoutez les appels de votre petite voix. N’attendez pas pour avoir plus de temps, d’argent ou plus de travail. Faites ce que vous pouvez pour vivre un peu de votre bonheur chaque jour.

Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je dois faire ma leçon de claquettes.

Previous Histoire des cristaux de guérison
Next Le secret d'une vie heureuse se cache dans vos habitudes quotidiennes

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code