Il est plus important d’être authentique qu’impressionnant


« Le mal le plus fondamental que nous puissions nous faire est de rester ignorant en n’ayant pas le courage de nous regarder honnêtement et avec bienveillance. » Pema Chödrön

Toute ma vie, j’ai couru après le succès, comme j’ai été encouragée à le faire dès mon plus jeune âge.

Quand j’avais six ans, mon père m’a offert mon premier bureau comme cadeau pour entrer dans une «bonne» école. Le type de bureau qui dominait un petit enfant de six ans, avec des étagères et une lampe fluorescente intégrée. Au milieu de l’encadrement de l’étagère était collée une étiquette blanche sur laquelle mon père avait écrit en deux langues : « Travailler dur pour mieux progresser. »

J’étais loin de me douter que ces mots donneraient le ton à mon travail et à mon éthique de vie pendant les vingt prochaines années – jusqu’à ce que je commence enfin à les interroger.

Le travail acharné est devenu alors mon «refuge» chaque fois que je ne me sentais pas en sécurité Lorsque je tentais de me faire des amis dans une nouvelle école, que je me sentais rejetée ou déracinée, je baissais la tête et noyais mes émotions en travaillant dur. C’était devenu ma stratégie d’adaptation.

Mon jeune moi n’avait pas encore la capacité émotionnelle pour faire face aux déménagements, aux changements d’école et au rejet des autres. Quand cela devenait trop douloureux, il était beaucoup plus facile de rester dans ma tête que de me sentir vulnérable si j’écoutais mon cœur.

Donc, chaque fois que je luttais pour m’intégrer à l’école, j’ai simplement travaillé plus fort avec la conviction erronée que si je réussissais bien, je serais reconnue ; si je devenais impressionnante, les gens m’accepteraient enfin et m’aimeraient.

Bien sûr, mes parents ont encouragé ce comportement. J’ai été récompensée pour mon travail acharné et j’ai également obtenu de bons résultats.

Mais en dehors de chez moi, personne ne semblait se soucier de mes résultats. Je n’étais toujours pas acceptée à l’école et je n’avais toujours pas beaucoup d’amies. Ma stratégie ne semblait pas fonctionner.

Alors j’ai travaillé encore plus dur.

À la fin de mes études universitaires, j’avais complètement intégré la définition sociale du terme «impressionnant» sans la remettre en question une seule fois. Si c’était un prix que tout le monde voulait, je le voulais aussi.

Ma définition du mot «impressionnant» a été élargie pour inclure une belle apparence, une tenue vestimentaire conforme, une bonne forme physique et une bonne rémunération dans un domaine très concurrentiel, même si je n’avais aucune passion pour ce métier.

À ce moment-là, j’avais oublié depuis longtemps les raisons pour lesquelles je voulais travailler dur pour être impressionnante, à part : « C’est ce que je suis. »

Je m’éloignais de plus en plus de mon vrai moi et je ne le savais même pas.

Pendant les dix années qui ont suivi, j’ai passé beaucoup de temps à travailler comme analyste financier, à obtenir davantage de diplômes et d’accréditations et à mettre la barre toujours plus haute afin que je puisse paraître encore plus impressionnante pour les autres. De plus, je gagnais un revenu confortable en le faisant.

En apparence, j’avais coché beaucoup de ces cases «impressionnantes» pour lesquelles je m’étais préparée. À l’extérieur, j’avais l’air de réussir, mais à l’intérieur, je me sentais plus vide que jamais et ma vie me semblait être un échec total.

Que se passe-t-il lorsque votre vrai moi vous rappelle à l’ordre ?

Des lézardes ont commencé à apparaître à la fois dans mon travail et en moi-même. Il m’était toujours plus difficile d’aller au travail et je me demandais de plus en plus : « Mais qu’est-ce que je fais ici ? »

Une douce voix intérieure murmura : « Il est temps de sortir d’ici, tu n’es pas censée être dans la finance. Qu’est-ce que tu fiches ici ? » Alors j’ai commencé à me demander ce que je faisais de ma vie. Si ce n’était pas ça, qu’est-ce que j’étais censée faire ? J’avais investi tellement de temps et d’énergie dans mon métier. Je ne pouvais pas juste changer de direction. Mais d’abord, qui était cette voix ? D’où venait-elle ?

Il me devenait de plus en plus difficile de donner le change. Ce sentiment d’enlisement était de plus en plus insupportable et la sensation d’être étrangère à mon travail se faisait de plus en plus aigüe.

Malgré tout, je serrais les dents et je continuais à me forcer. Car que pouvais-je faire d’autre sinon persister ?

Lorsque je me suis fait virer, ce fut un réveil brusque. J’avais besoin de remettre en question tout ce en quoi je croyais et de me confronter à ces grandes questions auxquelles je tardais à répondre : « Qui suis-je vraiment ? »  et « Qu’est-ce que je dois faire de moi ? »

Ce que j’ai appris au cours de mon parcours de quatre ans de découverte de soi

J’ai passé les quelques années suivantes à m’immerger dans un large éventail de sujets couvrant différents angles de la connaissance de soi, dans le but de répondre à la question : «Qui suis-je ? »

Pour l’essentiel de mes recherches, j’essayais toujours de trouver des réponses comme si elles résidaient en dehors de moi. J’essayais toujours de trouver ma place professionnelle.

Mais ce qui avait commencé comme une recherche professionnelle s’est rapidement transformé en un voyage intérieur profondément personnel.

Ce profond travail intérieur m’a permis de me reconnecter à mon système de guidage interne et à mon vrai moi une fois de plus.

Ce processus m’a permis de bien m’observer, de confronter mes aspects obscures, de soigner mes blessures de rejet et de pardonner à toutes les personnes impliquées, y compris à moi-même.

Une fois revenue à mon véritable moi, je me suis rendu compte du prix que j’avais payé pour paraître « impressionnante ».

Lorsque nous poursuivons quelque chose d’extérieur, nous perdons la connexion à nous-mêmes

Quand j’ai entendu cette voix douce et aimante dans ma tête, c’était un petit aperçu de l’éveil spirituel. C’était une connexion momentanée par le biais de la lumière de mon maître intérieur qui s’infiltrait à travers le brouillard sombre de mon désarroi.

Nous avons tous notre propre maître intérieur, mais nous devons choisir de l’écouter au lieu d’essayer d’être ce que nous pensons censé être.

Lorsque nous faisons plus confiance aux autres qu’à nous-mêmes, nous finissons par abandonner notre pouvoir personnel

Si nous croyons que les réponses que nous cherchons se trouvent en dehors de nous-mêmes, nous risquons d’oublier de vérifier ce qui est vrai pour chacun d’entre nous. Plus nous accordons de l’importance à l’opinion des autres, moins nous faisons confiance à notre propre savoir intérieur.

Les gens ne peuvent parler que de ce qu’ils savent en fonction de leur propre point de vue, de leur formation et de leurs expériences de vie. Lorsque nous permettons à l’opinion des autres de dominer les choix que notre vrai moi ferait autrement, nous finissons par abandonner notre pouvoir personnel.

J’ai constaté que le nombre d’opinions bien intentionnées importait peu; nous devons trouver ce qui résonne le plus chez nous en le vérifiant auprès de notre autorité intérieure – ce qui signifie aller à l’encontre de ce que nous avons appris en grandissant, lorsque nous avons été formés à ignorer notre voix intérieure et à faire ce qu’on nous disait.

« Être impressionnant » est une course sans fin

Lorsque nous continuons à vouloir être « impressionnant », nous sommes en fait sur un tapis roulant hédonique qui veut toujours en avoir plus. Dès que nous réalisons une chose, nous nous concentrons sur la suivante. Nous voulons toujours plus.


Dès que nous atteignons ou faisons quelque chose, tout à coup ce que nous avons obtenu n’est plus assez bien et nous devons donc continuer. Nous tombons dans le piège de la comparaison. Le poteau de but externe continue de bouger. Nous continuons à regarder par-dessus nos épaules pour voir comment nous pourrons nous mesurer à tout le monde, et cela devient une poursuite inlassable de rester à la hauteur des Indiana Jones sans voir le bout du tunnel.

Chaque victoire est temporaire.

Nous pensons à tort que le fait d’être « impressionnant » est la preuve que nous sommes dignes d’amour.

Lorsque nous recherchons à être « impressionnants », nous recherchons vraiment la reconnaissance, l’approbation et le sentiment d’appartenance. Nous pensons : «Si je peux être impressionnant, je peux être accepté. » Nous voulons que les autres nous respectent, nous vénèrent et, finalement, nous aiment.

Cependant, la poursuite devient dangereuse lorsque nous souscrivons à la fausse croyance selon laquelle nous devons travailler dur pour prouver que nous sommes dignes d’amour; que nous devons devenir «impressionnants» grâce à nos réalisations et apporter une preuve tangible de notre valeur.

J’ai remarqué que beaucoup de personnes très performantes, comme moi, ont adhéré à cette conviction, probablement en raison d’une éducation axée sur les résultats à laquelle nous avons été soumis dès le plus jeune âge.

Le danger est que cela devienne une drogue et une course dans « l’avoir » pour obtenir plus de diplômes, plus de voitures, plus de maisons, plus de chaussures, plus de jouets, etc.

Nous pouvons devenir des drogués de « l’avoir » et acquérir des choses superbes pour impressionner les autres, ou travailler comme un forçat juste pour obtenir ces longues listes de récompenses au lieu de reconnaître que nous sommes intrinsèquement dignes d’amour. Peu importe ce que nous avons ou ce que nous avons réalisé

Nous risquons de perdre notre individualité

Lorsque nous courons après la reconnaissance et l’approbation, nous mettons en péril qui nous sommes vraiment en échange de plus de respect, de likes et de félicitations de la part de nos pairs. Nous présentons au monde une version « plus acceptable » de nous et nous cachons d’autres aspects que nous pensons pouvoir être rejetés par d’autres. Pire encore, nous finissons par courir après des choses que nous ne voulons même pas vraiment.

Certains d’entre nous héritent d’une conviction profonde de ce que signifie le «succès» et certains d’entre nous aspirent aux statuts pré-approuvés par la société, sans vérifier une seule fois si ces voies de «succès» correspondent à leur véritable identité.

En fin de compte, nous perdons notre individualité – l’essence de ce que nous sommes vraiment.

Il faut être relié à soi pour reconnaître ce qui est vrai pour nous et nous dégager des conditionnements Il faut d’ailleurs plus de courage pour sortir de ces voies «l’impressionnantes» et vivre une vie alignée sur nous-mêmes.

Comment récupérer votre moi authentique

J’ai découvert que pour s’affranchir de l’illusion de ce qui est « impressionnant » et retrouver son vrai soi, il fallait effectuer une danse en deux temps permanente entre reconnaissance et courage.

1. Reconnaissance

Pour retrouver votre identité véritable, vous devez reconnaître que vous vous êtes déconnecté de qui vous êtes vraiment. Vos réalisations, vos accomplissements, toutes les belles choses que vous possédez et même votre forme physique, ne sont pas ce que vous êtes vraiment.

2. Le courage d’être votre vrai moi

Nous devons avoir le courage de rester dans notre vérité et d’exprimer notre moi authentique.: Pour beaucoup d’entre nous, c’est la peur du rejet qui nous empêche d’enlever ces étiquettes sélectionnées et pré-approuvées que nous avons collées sur nous-mêmes et de prendre pleinement possession de qui nous sommes, dans toute notre belle et étrange grandeur.

Mon souhait est que cet article soit votre laisser-passer pour entrer pleinement dans votre royaume. Être soi-même nécessite un courage extraordinaire, mais cela en vaut la peine. Avoir le courage de pleinement épouser votre véritable individualité dans toute son originalité ?  Ça, c’est impressionnant !

Previous Comment sortir du triangle dramatique et trouver une paix véritable
Next 10 choses à savoir pour conserver de solides amitiés

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code