Comment mon journal de gratitude a rendu la vie plus épanouissante et amusante


Jpurnal de Gratitude

Soyez gentil. Soyez attentionné. Soyez authentique ! Mais surtout, soyez reconnaissant. “ Inconnu

Avez-vous déjà essayé de tenir un journal intime ?

Combien de temps avez-vous tenu ?

J’ai essayé d’en tenir un à plusieurs reprises dans ma vie et j’ai échoué à chaque fois. Ma tentative la plus longue a duré deux malheureuses semaines avec l’aide de Google Doc, et de mes copines pensionnaires au collège. C’était un moyen de rester en contact entre nous, mais cela m’a ennuyé et j’ai arrêté.

Cependant, au cours des quatre derniers mois, j’ai réussi à écrire mon journal tous les jours. Le truc, pour moi, a été de faire des commentaires courts et agréables, et de moins écrire sur mes problèmes quotidiens, ce qui tend à me désespérer et à m’accabler au lieu de me sentir soulagée, et davantage sur les choses que j’aime dans la vie quotidienne.

Je tiens un journal de gratitude, et ce n’est pas une corvée, comme mes journaux précédents. C’est amusant et ça me fait rire parce que je me limite à écrire sur deux types de choses : des moments de gratitude et des moments de triomphe, ou de victoires, comme je les appelle. De temps en temps, et seulement quand quelque chose m’ennuie tellement que je ne peux pas dormir, je peste.

Tenir un journal a changé ma vie, et c’est aussi d’un bon rapport qualité-prix ! Cela me prend moins de cinq minutes et ne me coûte que cinq dollars, selon la marque de stylo que j’achète (je suis une fan des stylos Pentel Energel).

Si vous cherchez des moyens d’apporter davantage de gratitude dans votre vie, je vous recommande sans hésitation de tenir un journal de gratitude. J’en ai retiré des bénéfices de cinq manières spécifiques, probablement plus. Voici comment :

1. J’aime passer plus de temps avec mes proches et voir nos moments difficiles différemment

J’ai récemment compris que l’une des conséquences de la perte de ma mère est la peur constante de perdre d’autres personnes que j’aime. Ma mère est décédée il y a cinq ans et je crains de perdre mon père tout le temps. Cela met beaucoup de pression sur moi pour être pleinement présente à chaque moment passé ensemble et pour endosser le rôle de la fille parfaite.

Voici un exemple : mon père et moi regardons un film ensemble et je me répète régulièrement tout au long du film : «Cela pourrait être le dernier film que nous voyons ensemble. Tu dois apprécier chaque instant ! »

C’est une pression qui sera toujours sur moi, mais j’écris dans mon journal de gratitude parce que je refuse de la laisser contrôler ma vie.

Écrire des choses comme : «Je suis reconnaissante d’avoir vu un film avec papa aujourd’hui» me détend. C’est comme me donner la permission d’apprécier le film parce que je sais que je ne laisse pas ce moment passer inaperçu.

Mon journal de gratitude m’aide aussi à recadrer les moments difficiles que j’ai avec mon père. Par exemple, j’ai récemment écrit : «Ma victoire aujourd’hui consistait à mettre de côté mon ego et à communiquer avec mon père après que nous ayons eu une dispute sur le fait de jeter des vieilles choses. »

Maintenant, au lieu de voir les affrontements comme des catastrophes à éviter, je les vois comme des occasions pour nous de communiquer et de renforcer notre relation.

2. Je peux trouver le repos, même lorsque je suis bouleversée

Quand j’étais petite, ma mère avait prédit que je deviendrais une personne sensible parce que j’avais un grand front. Je n’ai pas encore trouvé de preuve scientifique de la relation entre les deux, mais je suis vraiment passionnée et je peux prendre certaines choses très personnellement.

Ce qui me dérange le plus, c’est que les gens ne soient pas fiables dans leur travail. « Comment ont-ils pu ne pas me dire qu’ils me l’enverraient tard ? » devient : «C’est si facile ! J’aurais pu faire cela à leur place », ce qui se transforme alors en : « Je ne fais plus confiance à cette personne ».

Lorsque je suis envahie par ce genre de pensée, il m’est difficile de prendre de la distance et cela me pèse, car je me débats pour savoir quand et comment exprimer ma frustration.

Écrire chaque jour dans mon journal m’aide à surmonter les désillusions de la vie quotidienne. C’est un lieu sûr pour râler sur tout ce qui m’exaspère. Je libère une grande quantité de colère et de frustration sur le papier, puis je réfléchis de manière critique à une solution au problème.

Il n’y a pas si longtemps, alors que j’étais furieuse, j’ai écrit au sujet d’une journée de travail particulièrement frustrante et, tout en écrivant, j’ai réalisé que j’avais tout fait correctement. Je ne recevais tout simplement pas le soutien dont j’avais besoin. De plus, j’ai vu que c’était à moi de le demander. Je ne serais jamais arrivée à cette conclusion sans l’avoir écrite dans mon journal.

Quand je finis de pester et de délirer, puis que je retrouver un certain contrôle de la situation, je me dis : « Ok, es-tu prête à passer à autre chose ? » J’écris alors quelque chose, si petit soit-il, pour lequel je suis reconnaissante. Par exemple : «Je suis reconnaissante à mon cœur pour pomper de l’oxygène dans le reste de mon corps» ou «Je suis reconnaissante pour le délicieux cookie au chocolat que j’ai mangé au dessert».

C’est ma façon de terminer chaque journée sur une bonne note et cela me prépare au sommeil.

3. J’accepte la joie de tout cœur

Dans son émission spéciale : The call to courage (L’appel au courage) de Netflix, Brené Brown a déclaré : «… la joie est la plus vulnérable de toutes les émotions humaines. Nous sommes terrifiés de ressentir de la joie. Nous avons tellement peur que si nous nous permettons de ressentir de la joie, quelque chose va nous arriver et nous l’enlever… » (00 :45:49).

J’aime voyager Je voyage depuis l’âge de deux ans et depuis lors, j’ai visité plus de vingt pays différents. Chaque fois que je vais quelque part, je suis tellement heureuse que je crains que quelque chose de mauvais ne se passe. Je peux redouter que l’avion s’écrase ou qu’un accident se produise à la maison pendant mon absence. J’espère que je ne vivrai jamais ces deux choses.

Un autre exemple est lorsque je suis confrontée à des difficultés inutiles et que j’appelle cela le prix que je dois payer pour quelque chose d’autre, qui est souvent totalement indépendant.

Les recherches de Brown indiquent que nous sommes à l’affût du moindre prétexte pour nous « protéger » de la joie, qui est l’une des émotions les plus vulnérables avec l’amour et l’appartenance.

Écrire dans mon journal de gratitude me permet de ressentir de la joie sans appréhension. Si quelque chose de bon m’arrive, je ne le vois plus comme un événement annonciateur d’un désastre. Je le vois juste comme un autre élément à ajouter à la liste des victoires ou des moments de gratitude dans mon journal, que je peux (et dois) apprécier.

4. Je renforce mon engagement envers certaines personnes et activités

Mon journal de gratitude m’aide à faire face aux évènements incontrôlables auxquels je suis confrontée quotidiennement, mais également à prendre des décisions saines concernant les activités et les personnes avec lesquelles je m’engage.

Par exemple, après avoir tenu mon journal pendant plusieurs mois, j’ai remarqué que j’étais souvent reconnaissante pour ma pratique du yoga et mon club de leadership et de prise de parole en public, Boston Toastmasters.

En conséquence, j’ai décidé de renforcer mon engagement dans ces deux activités. Au lieu de pratiquer le yoga chaque semaine, je le pratique maintenant quotidiennement. Récemment, je me suis aussi portée candidate pour un poste de responsable dans mon club de Toastmasters, que j’ai emporté.

Certains membres de ma famille et des amis proches apparaissent régulièrement dans mon journal de gratitude. Cela m’incite à entretenir nos relations et à les informer régulièrement de ma vie, même s’ils vivent dans un autre État ou un autre pays !

J’aime consigner mes échanges, mes activités et les personnes qui apportent de la joie ou des victoires ; cela me permet de mettre l’accent sur des aspects très importants de ma vie.

5. Je suis plus satisfaite de moi-même et de mes réalisations

Si je regarde en arrière, je constate que j’ai été la personne la plus critique à mon sujet. Certains jours, quand je refuse de croire que j’en ai assez fait, je me disperse trop et je m’épuise complètement.

J’ai récemment reçu une bourse pour aller à l’école de journalisme. Mais toutes les personnes avec lesquelles j’ai partagé la nouvelle ont dit quelque chose du genre : «Oh, les journalistes ne gagnent pas beaucoup d’argent, tu sais». Merci beaucoup !

J’ai commencé à douter de moi-même en me disant : «Comment vais-je prendre soin de moi ? Je ne peux pas croire que j’ai décidé de faire du journalisme. De toute façon, qui suis-je pour penser que je peux écrire ? Je serai incapable de gagner ma vie avec ça.

Par chance, j’ai tout de même relu ce que j’avais écrit le jour où j’avais reçu ma lettre d’acceptation : «Aujourd’hui, j’ai gagné une bourse pour aller à l’école de journalisme. »

Je ne gagne peut-être pas encore suffisamment ma vie en écrivant, mais j’ai gagné beaucoup d’argent pour l’article que j’ai présenté lors de ma candidature. C’est une grande victoire ! Dieu merci, j’avais mon journal de gratitude pour me le rappeler, sinon, j’aurais continué à remettre en question ma décision, même si je savais que ce programme était exactement ce que je voulais faire.

Mes victoires me rappellent que j’en ai fait assez, et dans la plupart des cas, c’était plus que suffisant. Si je vois la preuve que j’ai fait au moins une chose ce jour-là pour atteindre mes objectifs, je peux alors me détendre. Consigner mes victoires dans mon journal m’a permis de devenir l’une de mes plus grandes partisantes.

J’ai écrit 142 fois dans mon journal et je continue au même rythme ! Durant cette courte période, mon journal de gratitude a eu un impact sur ma vie de nombreuses façons différentes.

Cela m’a mis au défi d’apprécier chaque moment avec ma famille, qu’il soit bon ou mauvais. Cela m’a aidé à être en paix et pratiquer l’acceptation, surtout lors des journées difficiles. C’est aussi devenu le moyen de me concentrer et de renforcer méthodiquement mon engagement dans certains domaines de ma vie. Plus important encore, il m’a rappelé de célébrer tout de mes victoires, peu importe comment les autres les voient. Cela a changé ma vie et pourrait aussi changer la vôtre.

Previous Les orgonites : vertus et bienfaits
Next Comment utiliser les malas bouddhiste pour le yoga et la méditation ?