7 façons de savoir si vos sacrifices en valent la peine


« Le prix de n’importe quoi est la quantité de vie que vous échangez pour cela. » Henry David Thoreau

Avez-vous déjà regardé le chemin que vous avez choisi et demandé si vos sacrifices en valaient la peine ? Si vous avez donné la priorité aux «bonnes» choses, poursuivi des objectifs louables et finalement fait les «bons» choix ?

Vous êtes-vous déjà demandé si un jour vous regarderiez en arrière et regretteriez non seulement ce que vous avez fait, mais aussi ce que vous n’avez pas fait, car vous aurez peut-être l’impression que vous avez perdu votre temps ou que vous avez manqué quelque chose d’important ?

Si vous avez répondu non à ces questions, vous êtes mon nouveau héros. J’admire quiconque vit avec une telle présence, qu’il ne s’interroge jamais sur ce qu’il fait parce qu’il est trop occupé à le vivre.

Mais moi, intellectuelle accomplie, je ne suis pas cette personne.

J’ai commencé à y penser tout récemment après avoir regardé un documentaire sur Arte, l’interview d’une actrice très connue.

Dans cette interview, l’actrice et cinéaste française, basée à Los Angeles, a parlé un peu de ce qu’elle a dû sacrifier pour vivre ses rêves. Même si elle était émue en parlant des vies très différentes que mènent ses amis et sa famille – vies faites de maisons, d’enfants et de sécurité financière – elle a finalement conclu que, pour elle, tous les sacrifices qu’elle avait réalisés en valaient la peine.

Elle a expliqué son raisonnement et j’ai admiré sa certitude, parce que je sais à quel point il est facile de douter de soi dans une culture qui promeut non seulement l’idée de «tout avoir», mais nous bombarde également d’images de gens poursuivant des voies alternatives, apparemment meilleures.

Je sais aussi à quel point il est difficile d’être confiant dans nos décisions, en particulier parce que beaucoup d’entre nous sommes déconnectés de nous-mêmes. Si nous ne savons pas qui nous sommes, il est extrêmement difficile de déterminer ce qui mérite d’être mis en avant et ce qui mérite d’être abandonné.

Dans cet esprit, j’ai décidé de créer une liste des moyens de savoir si vos sacrifices en valent la peine. Cela revient en grande partie à se connaître soi-même.

Si vous vous interrogez sur votre parcours, cela vous aidera peut-être à vous y engager pleinement ou à prendre la décision difficile de changer de direction.

7 moyens de savoir si vos sacrifices en valent la peine

1. Ce que vous faites correspond à vos valeurs

Nous avons tous des valeurs fondamentales différentes – des valeurs que nous défendons et que nous considérons comme essentielles pour être satisfait de notre vie.

Lorsque nous vivons en harmonie avec nos valeurs et que nous les respectons à travers nos choix, nous ressentons un sentiment de paix, même si nos vies sont parfois difficiles. Lorsque nous sommes déphasés, nous ressentons un conflit intérieur.

Par exemple, mes principales valeurs sont la liberté, la créativité, l’aventure, la famille et l’intégrité.

Je ne pourrais jamais sacrifier mon intégrité pour gagner de l’argent. Bien sûr, j’aimerais dormir sur un matelas de billets de banque, mais la souffrance d’agir de façon dévoyée l’emporterait sur la joie d’être dans l’abondance financière.

Je ne pourrais jamais choisir un style de vie qui laisse peu de place à la spontanéité ou limite ma possibilité de voir ma famille. Quels que soient les avantages de ce style de vie, je me sentirais finalement en conflit et insatisfaite.

Si vos choix vous obligent à sacrifier les choses qui comptent le plus pour vous, quelles que soient les récompenses potentielles, vous vous sentirez finalement frustré. Si vos sacrifices ne menacent pas ce qui est le plus important pour vous – ou du moins pas au-delà du court terme – alors il est très probable qu’ils en valent la peine.

2. Vous vivez votre propre version du succès

Tout comme nous avons tous nos propres valeurs, nous avons tous notre propre définition du succès. Contrairement à ce que notre culture pourrait suggérer, il n’y a pas de scénario unique.

Ma grand-mère, qui était l’une de mes plus grandes héroïnes, a vécu une vie très différente de la mienne à ce jour. Elle a vécu quatre-vingt-deux ans dans la même ville, elle a été mariée jeune et a eu quatre enfants. Elle a consacré tout son temps libre à sa famille.

Elle voyageait rarement, n’avait pas beaucoup d’argent et semblait parfaitement contente – ravie même, de vivre encore et toujours les mêmes journées.

Si vous lui donniez une table remplie de ses enfants et de ses petits-enfants italiens et bruyants, accompagnée d’un grand plat de pâtes à leur offrir, elle était heureuse.

Parce qu’elle valorisait la famille, elle ne s’est jamais plainte en prenant soin de mon grand-père, qui a finalement perdu ses deux jambes à cause du diabète. S’occuper de lui prenait beaucoup de temps et d’énergie, et elle s’occupait rarement d’elle-même.

Mais tout cela – cet amour, cette fidélité, cette générosité d’esprit – c’est ce qui définissait une vie réussie pour elle, donc finalement, cela en valait la peine.

Demandez-vous à quoi ressemble le succès et pour quelle raison. Que faites-vous ? Que donnez-vous ? Que gagnez-vous ?

Si vous vivez votre propre version du succès, la satisfaction de profiter de ce que vous avez l’emporte probablement sur la peine d’accepter ce qui vous manque.

3. Vous n’échangez pas le bonheur d’aujourd’hui contre l’espoir du bonheur de demain

Vous avez peut-être déjà lu l’histoire du pêcheur mexicain, mais sinon, en voici une version résumée :

Un banquier américain rencontra un pêcheur dans un petit village mexicain et, voyant plusieurs thons dans son bateau, il lui demanda combien de temps il lui avait fallu pour les pêcher.

Lorsque le pêcheur déclara que cela ne prenait pas longtemps, le banquier lui demanda pourquoi il ne restait pas en mer plus longtemps pour en attraper davantage. Le pêcheur lui répondit qu’il en avait assez pour subvenir aux besoins de sa famille.

Quand le banquier lui demanda ce qu’il faisait le reste de son temps, il répondit : «Je dors tard, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec mon épouse Maria, je me promène dans le village tous les soirs où je sirote du vin et je joue de la guitare avec mes amis. J’ai une vie occupée et bien remplie.

En entendant cela, le banquier proposa au pêcheur de l’aider à créer une entreprise — afin qu’il puisse acheter plus de bateaux, capturer plus de poissons et éventuellement se retrouver à la tête d’un empire. Cela l’obligerait à déménager, mais dans quinze à vingt ans, il serait riche.

Le pêcheur lui demanda alors ce qu’il ferait, ce à quoi le banquier répondit : «Alors tu prendras ta retraite, tu déménageras dans un petit village de pêcheurs où tu dormiras tard, pêchera un peu, jouera avec tes enfants, fera la sieste avec ta femme, te promènera dans le village le soir où tu pourras siroter du vin et jouer de la guitare avec tes amis. »

J’y pense souvent lorsque je fais des choix de vie. S’il n’y a rien dans une opportunité qui me passionne – s’il s’agit uniquement de se créer l’illusion d’une vie idéale, ou pire, de répondre à un besoin de réussite ou de contenter mon ego, cela ne vaut probablement pas la peine que j’y consacre mon temps et mon énergie.

Arrêtez-vous et demandez-vous : s’agit-il d’une opportunité dans laquelle je peux me lancer avec enthousiasme ? Ou vais-je sacrifier mon bonheur actuel dans l’espoir de le récupérer plus tard ?

4. Vous pourriez être satisfait de votre choix même si vous n’avez pas atteint votre objectif idéal

En se basant sur le dernier point, vous savez que vos sacrifices en valent la peine si vous pouvez vous contenter de vos choix, peu importe où ils vous conduisent.

Si vous avez besoin de gagner une certaine somme d’argent ou d’atteindre votre objectif exactement comme vous le visualisez, pour justifier ce à quoi vous avez renoncé, vous allez connaître une grande désillusion. Rien n’est sûr dans la vie.

Quels que soient le travail et le temps que vous avez consacrés, quels que soient votre talent et votre intelligence, vous risquez un jour de vous rendre compte que vos efforts n’ont pas porté leurs fruits comme vous l’espériez.

Ou bien, ils pourraient payer pendant un certain temps, puis un changement pourrait survenir : vous pourriez devoir lever le pied pour prendre soin d’un proche ou tout perdre en raison de circonstances que vous n’auriez pas pu prévoir.

Si vous pouviez estimer le temps que vous avez passé et conclure que vous ne l’avez perdu – parce que vous vous amusiez, que cela avait du sens ou que vous vous consacriez aux autres, alors il est probable que vos sacrifices n’auront pas été en vain.

 5. Vous êtes toujours en mesure de satisfaire vos besoins, malgré vos sacrifices

Lorsqu’on lui a demandé ce qui l’avait le plus surpris au sujet de l’humanité, le Dalaï Lama a répondu : «L’Homme, parce qu’il sacrifie sa santé pour gagner de l’argent, puis, il sacrifie de l’argent pour retrouver la santé. Alors, il est tellement inquiet pour l’avenir qu’il ne profite pas du présent ; le résultat étant qu’il ne vit ni dans le présent ni dans le futur ; il vit comme s’il ne mourrait jamais, puis meurt sans avoir vraiment vécu.

Aucune récompense, financière ou autre, ne vaut la peine de sacrifier notre bien-être physique, mental et émotionnel.

Si vous travaillez si durement que vous avez peu de temps pour bien manger, faire de l’exercice et dormir suffisamment, et que vous vous retrouvez en surpoids, épuisé et sur le point d’avoir une crise cardiaque, une récompense ou une gloire pourrait-elle réellement le justifier ?

Il y a beaucoup de choses que je sacrifierais pour une cause en laquelle je crois ou un rêve qui me passionne. Je n’ai pas besoin de luxe, cela ne me dérange pas d’acheter des choses d’occasion et je me fiche de savoir si je possède une voiture ou une maison.

Mais je ne sacrifierais pas ce qui m’est nécessaire pour être au mieux. Je ne peux pas être présente, être utile à quelque chose ou à quelqu’un, si je suis physiquement affaiblie et tellement stressée que je suis constamment sur le point de craquer.

 6. Vous vous interrogez uniquement ou principalement sur vos sacrifices lorsque vous vous comparez à d’autres personnes

Bien que j’aie sacrifié l’aspect social parce que j’ai choisi une vie d’aventure, nomade et libre d’esprit, je ne regrette pas souvent le chemin que j’ai pris pour toutes les raisons énumérées ci-dessus.

Mais de temps en temps, je me compare aux autres et je me demande si je devrais avoir ce qu’ils ont.

Je vois sur Facebook des personnes qui ressemblent beaucoup à ma grand-mère – des condamnés à perpétuité dans une ville, en contact avec de nombreuses autres personnes, investies dans des causes locales – et je me demande si j’ai priorisé les mauvaises choses.

J’ai vécu la vie que George Bailey avait imaginée dans ses livres des années 1940. Mais sa vie n’a-t-elle pas été qualifiée de plus merveilleuse que celle d’un rêveur et d’un vagabond en quête d’aventures – et aussi beaucoup plus significative ?

Je vois d’anciens amis sur Instagram afficher des souvenirs communs de personnes avec lesquelles ils sont restés en contact depuis des décennies et je déplore que, contrairement à eux, il me serait difficile d’organiser une grande fête pour mon mariage éventuel.

Les relations ne sont-elles pas la chose la plus importante dans la vie ? Dans ce cas, les miennes comptent-elles vraiment si j’ai moins de temps à leur consacrer physiquement ? Si je ne participe pas à chaque dîner de famille, à chaque fête et à chaque moment important ?

Mais lorsque je pose mon téléphone et que je fais le point sur ma propre vie, je me souviens que peu importe ce que je choisis, c’est le choix de ne pas faire autre chose. Personne ne peut tout avoir et ceux qui possèdent ce dont je manque, probablement jalousent et encensent ce que j’ai parfois, tout comme j’ai parfois romancé leur vie.

Si vous vous sentez globalement heureux lorsque vous êtes pleinement présent sur votre chemin et ne le remettez en question que lorsque vous quittez la route des yeux, il y a de fortes chances que vos sacrifices en valent la peine.

 7. Votre chemin actuel vous apporte du sens

Nous sommes tous attachés à rechercher le plaisir et à éviter la souffrance – ce que les psychologues positifs appellent le bonheur hédoniste.

C’est ce que nous ressentons lorsque nous faisons quelque chose qui rehausse notre humeur, et c’est pourquoi nous poursuivons ces moments-là. Nous pensons parfois que «la bonne vie» signifie beaucoup de temps de loisir, de divertissement et d’émotion. Comme ces choses sont vraiment géniales, nous sommes souvent disposés à faire des sacrifices dans le présent, dans l’espoir d’en obtenir plus à l’avenir (voir point N° 3).

Mais il existe un autre type de bonheur qui ne dépend pas du plaisir hédoniste. C’est ce qu’on appelle le bonheur eudémoniste.

C’est ce que nous vivons lorsque notre vie a du sens, lorsque nous nous consacrons à quelque chose de plus grand que nous-mêmes, lorsque nous relevons de nouveaux défis, grandissons et utilisons nos forces pour contribuer au bien commun d’une manière ou d’une autre.

Si vous faites quelque chose qui vous semble profondément significatif, si vous avez consacré votre vie à une cause, si vous vous sentez pleinement engagé et si vous êtes fier de l’impact que vous créez, ce sera beaucoup plus facile de faire la paix avec vos sacrifices.

Cela peut vouloir dire travailler pour un organisme à but non lucratif qui vous rapporte très peu mais vous permet de faire une différence tangible dans la vie des autres.

Faire du bénévolat pendant votre temps libre, ce qui limite certains aspects de votre vie sociale, mais vous remplit d’un sentiment de fierté et d’accomplissement.

Élever des enfants et s’en éloigner parfois, sachant que vos sacrifices leur profitent directement et leur permettent de devenir des personnes fortes et en bonne santé.

Demandez-vous : « Est-ce que je perçois un sens à ma vie ? Suis-je fier de la personne que je suis ? Est-ce que je fais quelque chose qui compte non seulement pour moi mais aussi pour le monde en général ? » Si vous répondez oui à ces questions, vous regarderez en arrière sans regretter ce que vous avez abandonné car cela vous aura permis de donner ce que vous désiriez.

La diversité de réalités que chacun de nous pourrait vivre est absolument époustouflante, si on y réfléchit. Modifiez n’importe quel choix et, grâce à l’effet papillon, nos vies pourraient être complètement différentes.

Ainsi, chacun de ces petits univers aurait ses talents spécifiques et ses propres défis. Dans tous les cas de figure, nous obtiendrions des récompenses, ferions des sacrifices et aurions parfois des doutes sur le bien-fondé de nos actions.

La bonne nouvelle est que tant que nous respirons encore, il n’est jamais trop tard pour changer de cap. Si jamais nous reconnaissons que nous ne sommes pas la personne que nous voulons être ou que nous ne faisons pas ce que nous voulons vraiment accomplir, nous pouvons emprunter un nouveau chemin, voire en ouvrir un autre là où il n’y en a pas.

À tout moment, nous pouvons décider de reconstruire notre vie en fonction de nos valeurs, de vivre notre propre version du succès et de créer une vie empreinte de joie et de sens.

Previous Amazonite : propriétés et bienfaits
Next Comment j'ai cessé d'être occupée et pourquoi je suis maintenant plus épanouie

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code