11 pièges susceptibles de saboter votre croissance spirituelle


11 pièges pouvant freiner votre croissance spirituelle

Peu importe la pratique ou l’enseignement, l’ego aime attendre en embuscade pour s’approprier la spiritualité pour sa propre survie et son propre gain. – Chögyam Trungpa

La croissance spirituelle est une expérience que nous vivons tous une fois le processus d’éveil spirituel vécu. Lorsque nous commençons à nous éveiller à la vérité de qui nous sommes, nous développons une connexion avec notre essence authentique, notre nature supérieure ou âme.

Au fur et à mesure que nous avançons sur nos chemins, notre essence spirituelle commence à s’épanouir comme une fleur lumineuse au fond de notre cœur. De même, plus nous nous débarrassons des croyances, des perspectives et du bagage émotionnel morts, noueux et envahis par la végétation, plus nous ressentons clairement notre essence divine. Lorsque nous entretenons notre jardin intérieur, nous ressentons de plus en plus d’amour, de sagesse, de paix et de plénitude à mesure que notre vraie nature se dévoile lentement à nous.

Pourtant, comme tout jardin, nos paysages intérieurs métaphoriques peuvent être consommés par les mauvaises herbes, les fléaux et formes de pollution étouffant toute la beauté entretenue. Parfois, il nous arrive même de saboter la croissance qui se produit en nous, sans le savoir.

Qu’est-ce que la croissance spirituelle ?

La croissance spirituelle est le processus d’éveil à votre vraie nature, but et potentiel. Lorsque vous vous développez spirituellement, vous expérimentez une expansion de la conscience et de la perspicacité, également connue sous le nom de conscience supérieure. Toute croissance spirituelle a un objectif : vous aider à incarner votre âme, votre Soi Supérieur ou votre Atman. Une fois que vous êtes capable de vous unir à votre âme, vous faites l’expérience de ce que l’on appelle l’illumination, la réalisation de soi, le “ciel”, l’unité ou moksha.

11 pièges sabotant votre croissance spirituelle

Il ne s’agit pas d’un voyage destiné à se transformer, mais plutôt  de devenir ce que nous ne sommes pas. – Adyashanti

Le problème du voyage spirituel est qu’il est souvent truffé de pièges de toutes sortes. Ces pièges ne sont pas physiques, mais plutôt mentaux et sont souvent appelés forces anti-éveil.

Puisque nous traitons la vie principalement par l’esprit, nous avons également tendance à aborder la spiritualité par l’esprit. La spiritualité ne peut être contenue par les limites de la pensée. Une fois la spiritualité capturée dans une pensée, elle cesse de conserver sa véritable essence et devient plutôt une croyance ou un dogme contraignant. En d’autres termes, la spiritualité perd son essence vivante, toujours en mouvement, une fois qu’elle est compartimentée dans l’esprit.

Pensez-y de cette façon : avez-vous déjà ressenti un immense émerveillement et une grande admiration en présence de quelque chose de beau et d’enchanteur comme un lever du soleil ? Le moment où vous cessez de vous immerger dans la sensation du lever du soleil, et commencez à prendre une photo de celui-ci ou à le décrire dans un SMS, est le moment où vous n’êtes plus vraiment présent avec le lever du soleil. Au lieu de cela, vous le filtrez dans vos pensées ou à travers une sorte d’objectif. On peut dire la même chose de la spiritualité.

Plus nous utilisons l’esprit pour nous rapprocher de notre âme, plus notre âme se sent loin. Mais dès que nous laissons tomber nos pensées et que nous nous permettons de ressentir purement notre âme, nous nous sentons soudainement à nouveau chez nous. Pensez-y comme ceci : lorsque vous observer le soleil à l’horizon en pensant que vous l’atteindrez, vous ne le ferez jamais, car c’est une illusion. Mais lorsque vous vous arrêtez et que vous sentez déjà la présence du soleil sur votre peau, vous ne courez plus après rien.

Il est difficile pour nous, en tant qu’êtres orientés vers l’esprit, de prendre conscience de nos pensées, car nous avons été conditionnés à nous identifier à elles depuis notre plus jeune âge.

 Mais une fois que nous pouvons observer nos pensées et comment elles tendent à saboter notre bonheur, nous connaîtrons une véritable croissance spirituelle.

Je voudrais partager avec vous ci-dessous onze des pièges les plus courants dans lesquels nous tombons sur le chemin spirituel. J’ai personnellement fait l’expérience de ces pièges à de nombreuses reprises, et ils ont entraîné beaucoup de douleur et de lutte. Voyez combien de ces pièges vous pouvez identifier :

1. Le piège du contournement spirituel

Le contournement spirituel est la pratique consistant à utiliser la spiritualité pour éviter, supprimer ou fuir certaines émotions ou situations de la vie. Les types courants de contournement spirituel consistent notamment à:

  • engourdir ses émotions par une répression et un évitement “spiritualisés
  • une obsession malsaine et un attachement au positif (par exemple, la pensée positive) et l’adoption d’un “joli” masque passif-agressif
  • jugement débilitant sur la négativité ou l’ombre de soi
  • colère-phobie
  • la faiblesse des limites personnelles
  • une compassion aveugle ou excessivement tolérante (au détriment de soi-même et de l’autre)
  • en essayant avec force de “tuer” l’ego et en le condamnant comme ” mauvais/mal “.
  • un détachement exagéré
  • s’enliser dans la spiritualité théorique et les croyances dogmatiques sur la “vérité
  • le déni de responsabilité personnelle en la plaçant sur un autre être supérieur (par exemple, un guide spirituel, un ange)
  • l’illusion d’être arrivé à un niveau supérieur
  • utiliser des pratiques spirituelles pour échapper aux émotions désagréables ; par exemple, utiliser la méditation pour se dissocier des émotions, plutôt que de les transmuter

2. Le piège de la supériorité

Cela se manifeste par la tendance à “regarder de haut” les autres moins ” consciemment avancés ” ou ” éveillés “. Le piège de la supériorité peut être considéré comme un sentiment subtil “d’être meilleur” que d’autres non “spirituels”.

Dans des cas plus extrêmes, ce piège peut apparaître sous la forme d’une tendance à s’en prendre aux personnes encore “endormies”, “aveugles” ou “moutons” de la société.

Ce type de comportement réactif peut souvent être observé chez des personnes ayant juste “pris conscience” de l’état du monde, mais qui ont connu une croissance spirituelle minimale.

Nous devons nous rappeler que chacun fait du mieux qu’il peut à son niveau de conscience. Le moment venu, ils se réveilleront eux aussi.

3. Le piège consistant à essayer avec force de réveiller les autres

Une fois que nous sommes sortis de la “matrice”, il est courant que nous souhaitions désespérément que nos proches et nos camarades se réveillent.

Nous pouvons voir à quel point les autres souffrent et se font des illusions, ce qui suscite en nous le désir intense de “leur montrer la vérité”.

Cependant, il arrive souvent que notre tentative de réveiller les gens par la force échoue rapidement. Même si nous avons de bonnes intentions, notre désir de “sauver” les autres leur cause des réactions de rejet qui les rendent furieux, eux et nous. Moins ils réagissent à nos tentatives insistantes de les “réveiller”, plus nous devenons frustrés et aliénés.

Finalement, essayer de forcer les autres à se réveiller finit par nous nuire à nous-mêmes et aux autres. De plus, ce piège génère beaucoup de colère et d’incompréhension, ce qui a pour conséquence de piéger davantage l’ego, sabotant ainsi notre croissance spirituelle.

Laissez les gens se réveiller quand ils sont prêts.

4. Le piège de vouloir aider les autres

Ce piège est étroitement lié au piège précédent, sauf qu’il est davantage destiné à donner des conseils aux autres. Il n’y a rien de mal à vouloir aider les autres, tant qu’on respecte leurs limites.

Mais parfois, le développement d’une perspective spirituelle élargie donne à l’ego l’occasion de se sentir plus “informé” que d’autres encore pris au piège de l’illusion. Lorsque des conseils non sollicités sont donnés aux autres, les résultats peuvent être désastreux (pensez à la colère, à la contrariété, à l’offense, etc.).

Le désir d’aider les autres peut également être utilisé comme un moyen d’échapper à notre besoin de nous aider nous-mêmes. Sous couvert de “spiritualité” et de compassion, aider les autres peut être une autre forme de contournement spirituel.

5. Le piège de vouloir révolutionner le monde

Lorsque nous nous réveillons face aux mensonges et à la corruption présents dans notre structure sociétale actuelle, beaucoup d’entre nous désirent désespérément changer la société.

Nous tombons dans le piège de penser que la liberté, l’honnêteté et la justice peuvent être créées en changeant le système extérieur.

En conséquence, nous adhérons à la mentalité du “nous contre eux” et du “diviser pour mieux régner” qui est le produit de la vision étroite de l’ego.

Nous ne nous rendons pas compte que nous alimentons en fait le système corrompu qui dépend de la colère et du chaos pour prospérer et survivre.

Au lieu de comprendre que tout changement véritable provient d’une révolution interne, nous nous laissons entraîner dans la poursuite d’une révolution externe fragile et transitoire.

6. Le piège de l’insignifiance

Une fois l’expérience acquise dans des états d’être divins et transcendants dans lesquels nous devenons Uni avec tous, nous pouvons tomber dans le piège du nihilisme spirituel une fois l’expérience passée.

En d’autres termes, une fois que nous réalisons, du point de vue de l’Univers, que rien de ce que nous faisons n’a d’importance en fin de compte parce que tout passe, nous pouvons tomber dans un état d’esprit dépressif.

En utilisant des vérités telles que “Tout est une illusion”, la personne tombant dans ce piège a tendance à filtrer la vie à travers l’esprit.

En s’accrochant mentalement à ces vérités, elles deviennent des croyances que l’ego utilise comme excuse pour se sentir paradoxalement séparé de l’existence.

7. Le piège de l’évitement des responsabilités quotidiennes

Certaines personnes s’entichent tellement de la voie spirituelle qu’elles évitent de s’occuper des affaires ordinaires, quotidiennes.

Cette forme d’évasion peut conduire à se décharger sur les autres, à ne pas payer ses factures, à se soustraire à l’impôt, à être obsédé par l’idée de “vivre hors réseau”, etc. Lorsque le fait d’éviter les responsabilités quotidiennes est porté comme un signe d’être consciemment élevé ou “plus spirituel”, c’est aussi une forme d’égoïsme déguisé.

Éviter les responsabilités ordinaires non perçues comme étant “assez spirituelles” peut également être une forme de distraction que l’ego utilise pour limiter la croissance spirituelle.

Plus vous êtes préoccupé et obsédé par le fait de vivre une vie extérieurement “spirituelle”, plus vous vous éloignez de votre travail intérieur. Parfois, il faut nourrir les requins pour garder le calme et vivre une vie équilibrée.

Rappelez-vous le vieux dicton zen : “Avant et après l’illumination : coupez du bois, portez de l’eau”. Nous devons être humbles et reconnaître que la vie quotidienne ordinaire est l’endroit parfait pour grandir et mûrir spirituellement.

8. Le piège de l’auto-victimisation

Peu après avoir vécu un réveil spirituel et pris conscience de la folie du monde, il est fréquent que nous nous retrouvions coincés dans l’auto-victimisation.

Nous pouvons commencer à percevoir le monde comme une “prison” et les autres personnes comme des “captifs” ou même des “ravisseurs”.

Le choc du réveil peut nous faire sombrer dans l’anxiété et la paranoïa.

Inévitablement, nous pouvons commencer à nous sentir comme des victimes, ce qui nous amène à blâmer les autres et les puissances supérieures pour ce que nous ressentons.

Le piège spirituel de l’auto-victimisation est très visible sur les médias sociaux, souvent tendance à s’apitoyer sur le sort des jeunes gens spirituels.

En fin de compte, nous devons voir que ce sont en fait nos pensées qui nous font souffrir, et non d’autres personnes ou situations.

Une fois que nous pouvons assumer la responsabilité de nos perspectives et de nos croyances, nous pouvons redevenir autonomes.

9. Le piège du complexe du sauveur

Ce piège est lié à celui, déjà mentionné, de vouloir aider les autres. Le Complexe du Sauveur est adopté par ceux éprouvant un sentiment de supériorité par rapport au reste de l’humanité.

Leur sentiment d’être “différents” et plus “élevés spirituellement” peut leur donner l’impression qu’ils sont destinés à réparer le monde.

Le Complexe du Sauveur peut le plus souvent être vu dans les cercles “travailleurs de lumière/amoureux de l’étoile/guérisseur” ayant tendance à se mettre sur des piédestaux, croyant qu’il est de leur devoir cosmique de “sauver la planète”.

Cette perception s’aligne sur la croyance qu’il y a quelque chose qui “ne va pas” avec la réalité et que les autres personnes sont “brisées” et ont besoin d’être réparées (ce qui est une perspective de l’ego). Cette perception conduit également à un sentiment exagéré de “spécificité” et d’importance personnelle de l’ego.

Le Complexe du Sauveur peut aller plus loin et évoluer en un Complexe du Martyr. Ce dernier croit qu’il doit “porter le fardeau” des autres. Il s’agit évidemment d’un mode de vie extrêmement malsain qui repose sur un conditionnement chrétien (pensez à l’histoire de Jésus).

En “portant” la douleur des autres, les martyrs évitent de prendre la responsabilité de leur propre bonheur et rendent possible le comportement immature des autres. En savoir plus sur le complexe des martyrs.

10. Le piège de l’attachement

Après avoir vécu des expériences mystiques profondes et expansives auxquelles succède souvent une croissance spirituelle importante, il est courant que nous nous attachions à l’expérience.

Il peut être douloureux de se détacher de ces expériences et de revenir à la réalité habituelle, non éclairée. Nous pouvons également nous attacher à nos “histoires” et à nos croyances en matière de spiritualité.

Puisque l’esprit essaie de donner un sens à cette expérience transcendante, il s’accrochera souvent à diverses idées comme une forme de contrôle.

Mais plus nous nous attachons à nos croyances, nos histoires, nos désirs et nos interprétations mentales, plus nous souffrons.

Nous oublions que tout passe, même les expériences transcendantes. Les Lumières ne sont pas une destination, c’est un abandon complet ; un changement fondamental dans notre façon d’aborder la vie.

L’attachement est peut-être le piège le plus courant qui sabote notre croissance spirituelle. D’une part, l’attachement aux idées nous aide à grandir, mais, en fin de compte, les idées que nous ne voulons pas abandonner finissent par stagner notre croissance.

Lorsque les idées deviennent des couvertures de protection plutôt que des catalyseurs de notre croissance, il y a un gros problème. Nous devons réaliser que la liberté ne peut pas être vécue par l’esprit. La liberté est ressentie lorsque nous pouvons être libérés de l’attachement à nos pensées.

11. Le piège consistant à se fier aux réponses extérieures

Au fur et à mesure que nous progressons dans notre cheminement spirituel, il est normal, et bénéfique, que nous recherchions un soutien extérieur.

Lire des livres, participer aux ateliers et séminaires, aller en retraite, pratiquer des techniques holistiques, et se faire accompagner par un gourou personnel, tout cela nous aide à connaître une croissance spirituelle.

Cependant, au bout d’un certain temps, il est fréquent que nous devenions trop dépendants de réponses extérieures pour notre liberté et notre bonheur. Ce piège se manifeste dans l’obsession de nombreux chercheurs spirituels et dans la glorification de leurs gourous (en d’autres termes, la projection et le reniement de leur divinité sur un autre).

Finalement, lorsque nous nous habituons à chercher constamment des réponses à l’extérieur de nous-mêmes, nous oublions la présence de notre propre âme. Nous oublions que notre source ultime de conseils et de sagesse vient de l’intérieur de nous, et au lieu de cela, nous continuons à chasser de l’extérieur de nous-mêmes les choses dont nous pensons qu’elles vont nous “éclairer”.

Nous devons nous arrêter, faire une pause et réfléchir à nos voyages spirituels. Sommes-nous à la recherche d’une expérience de première ou de seconde main qui nous a été donnée par d’autres ? N’oubliez pas de chercher aussi vos réponses en vous, car c’est en vous connectant à votre âme que vous finirez par connaître la liberté.

Conclusion

Afin de voir à travers et de nous sortir de ces pièges, nous devons être radicalement honnêtes avec nous-mêmes. Nous devons être prêts à voir que nous nous sommes effectivement égarés et que nous avons nourri notre ego. Nous tirerons également un immense profit de l’exploration de notre “propre ombre” et de nos croyances erronées.

Ne vous inquiétez pas si vous êtes tombé dans l’un de ces pièges. Nous sommes tous pris au piège par l’ego. Il peut être particulièrement difficile pour nous de voir clair lorsque l’ego “spiritualise” certaines croyances et idées. Plus vous êtes ouvert, humble et honnête, plus vous serez capable de voir clair dans ces pièges et de vous libérer.

Enfin, n’ayez pas peur du noir. N’ayez pas peur de vous tromper. Tout, aussi douloureux soit-il, est une occasion d’apprendre. Au bout du compte, votre âme est tout ce que vous avez cherché.

Si vous avez d’autres idées ou réflexions sur les pièges susceptibles de saboter la croissance spirituelle, n’hésitez pas à nous en faire part ci-dessous. Nous aimerions connaître votre propre parcours.

Previous Les 4 meilleures méthodes pour purifier vos bijoux en pierres naturelles
Next Les attrape-rêve (Signification, origines etc.)

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code